Mon chien grogne lorsque j’approche son bol de nourriture ou lorsqu’il est confortablement assis sur

Lorsque j’énonce les mots « protection de ressources », plusieurs de mes clients me regardent avec un air d’incertitude et de méconnaissance. Ce comportement n’est pas connu de tous, sauf si votre propre chien l’exerce et que vous vous êtes informés sur le sujet.


Puisque « l’information c’est le pouvoir », comme dirait ma belle-mère, j’écris avec plaisir cet article afin de vous aider :

1) à mieux détecter les signaux avant-coureurs du comportement de protection de ressources,

2) à mieux en comprendre la cause et les conséquences potentielles de ce comportement et

3) à prévenir les risques d’agression.

Un chien qui fige, grogne, montre les dents, mord dans l’air ou mord la peau lorsque vous tentez de lui reprendre un objet, lorsque vous vous approchez de lui pendant son repas ou pendant sa période de mastication d’os, ou lorsqu’il est confortablement assis sur votre divan ou votre lit, exerce fort probablement un comportement de protection de ressources.


Description et mythe :


La protection de ressources implique l’utilisation de modèles de comportement spécifiques – agression, intimidation, évitement, ingestion – afin de contrôler l’accès à un élément comestible ou non comestible de «valeur» à ses yeux en présence de personnes ou d’autres animaux (5). En réalité, c’est un comportement naturel et normal qui est génétiquement programmé. Au niveau de la génétique, c’est un trait dit de qualité chez les animaux. Ceux qui peuvent le mieux protéger leurs ressources (nourritures, partenaires sexuels, lieu habitable et abondant en ressources, etc.) ont de meilleures chances de survie. Malgré plusieurs générations à sélectionner le meilleur ami de l’homme, soit des chiens non réactifs envers les humains, ce comportement demeure tout de même actif dans la population canine – estimé à 5% de la population (4). Ce trait de qualité est en fait indésirable dans la société domestique dans laquelle les chiens vivent à présent (8). Mais pensez-y, n’est-il pas normal qu’un chien veuille protéger une ressource? Tout comme vous voudriez protéger vos biens si un voleur se pointait le nez chez vous?


L’intensité de la réaction de votre chien face à la situation est toutefois à juger (1). Est-ce que la réponse comportementale de votre chien est adaptée au niveau de menace que vous lui apportez? Par exemple, vous marchez possiblement en direction de votre chien lors de son repas, tout simplement puisque vous devez passer par là. Sans même vous rendre compte que vous passez trop près, votre chien fige, retrousse les babines et émet un court grognement. Dans ce cas votre chien a bien analysé la situation, sa réponse comportementale est dite « normale » pour un chien exerçant de la protection de ressources. La menace (vous) étant faible, il n’a fait que vous avertir que vous étiez trop près et que cela le rend inconfortable. Prendre une bouchée de votre mollet au passage aurait été une réponse comportementale anormale. Dans ce cas, le chien n’aurait pas été en mesure de bien évaluer le niveau de menace et aurait agi démesurément. Évidemment, tout est une question de contexte… !


Mythe ou réalité : est-ce que le chien qui exerce de la protection de ressources est en fait dominant ? “Mon chien à la tête dur, il est agressif, je lui demande de quitter le divan et il grogne contre moi, me montre les dents…”. Est-ce réellement parce que votre chien est dominant ou parce que ses gènes lui dictent qu’il devrait protéger cet espace tant convoité? Si c’était de la dominance, alors pourquoi suite à l’utilisation de bonnes techniques en renforcement positif il nous est capable de gérer la protection de ressources chez un chien? Le chien deviendrait-il subitement moins dominant? Eh bien non. La dominance n’est pas liée à la protection de ressource ou du moins n’a jamais été démontrée telle quelle. Il a d’ailleurs été montré que chez les chiens exerçant de la protection de ressources, ceux étant de nature plus craintive/peureuse démontreraient davantage d’agression et qu’au contraire, ceux étant de nature plus impulsive démontreraient à la fois de l’évitement (fuite) et de l’agression (5, 6). En bref, les agressions liées à la protection de ressources seraient plutôt liées à la peur ou au stress de perdre celle-ci, qu’à un comportement impulsif, agressif ou dominant.



Quels types de ressources le chien peut-il protéger ?


Les chiens ont tendance à protéger les éléments de valeur suivants, tout comme nous, les humains:

  1. De la nourriture et des os à gruger.

Certains chiens ne vont protéger qu’un type particulier d’os ou de nourriture face à un même "compétiteur". Pourquoi? Tout simplement parce que celle-ci a plus de valeur à ses yeux. La valeur de la ressource, tout comme la capacité d’un être à la protéger sont des composantes du comportement de compétition (5). En parallèle, plusieurs personnes se précipitent afin d’obtenir l’une des dernières bouchées disponibles, comme les saucisses cocktails ou les petits pains fourrés de grand-maman. Toutefois, si c’était une bouchée dont le goût ne vous revient pas ou dont vous êtes blasés, vous ne voudriez pas prendre la ressource et l'engouffrer le plus rapidement possible. Second exemple : entre trouver au sol un billet de 100 dollars ou une pièce de 10 sous face à un adversaire, pour lequel des deux objets voudriez-vous vous lancer au sol pour la ramasser? J'opte pour le billet de 100 dollars ;). La valeur de la ressource a donc une grande importance dans le comportement de protection de ressources.


2. Des objets, tels que des jouets, des vêtements laissés au sol ou volé, un mouchoir tombé au sol, etc.


Du même principe, nous protégeons nos maisons, nos voitures, nos cabanons et nos bicyclettes à l’aide de systèmes d’alarme, de serrures ou de cadenas afin d’éviter de nous faire voler.


3. Une personne, telle que le propriétaire du chien, un nouveau-né, une femme enceinte, etc.


Nous ferions tout et la plupart iraient jusqu’à agresser verbalement et parfois même physiquement pour protéger leurs enfants ou un membre de la famille dans le besoin, non? "Mama bear is ready to roarrrrr"!


4. Un espace, tel qu’un lieu de repos (divan, coussin, etc.).


Plusieurs d’entre nous vont réserver les meilleurs sièges de spectacle ou d’avion à l’avance ou vont même réserver une chaise dans « le Sud » à l’aide de sa serviette… Pourquoi? Pour une meilleure vue, plus de confort, etc. Une image assez frappante non?


***Charlie ici protège le divan d'une personne qui s'en approche. Le comportement de protection se démontre par l'attention soudaine qu'elle porte à la personne et sa tentative d'intimidation. Elle est au départ curieuse, mais dès qu'elle se rend compte que la personne approche, ses oreilles s'abaissent, son corps se raidit, elle fixe du regard la personne, elle émet un grognement et elle retrousse les babines faiblement.


Comment pouvons-nous déterminer si un chien exerce de la protection de ressources ou non?

Les chiens qui ont ce trait dans leurs gènes exercent différents types de comportements pour agresser ou éviter une personne ou un congénère canin lorsqu’en possession d’un élément de valeur à ses yeux. À savoir également que la protection de ressources peut s’effectuer uniquement envers un humain, un autre chien et tout autre animal (votre chat par exemple), ou envers les trois ! Aussi, l'intensité de la réaction du chien peut dépendre de la valeur de la ressource, ainsi que du lien de confiance qu’il a envers la personne (son maître versus un étranger) ou l’animal (son meilleur copain versus un nouvel ami au parc à chien)(5).


Pour démontrer qu’il protège une ressource, le chien peut :

- Fuir avec la ressource (évitement). Évidemment, plusieurs chiens aiment qu’on les pourchasse pour les attraper lors d’une période de jeu. Ils jouent également très souvent entre chiens de cette façon. Il faut savoir lire votre chien : semble-t-il réellement jouer? Exerce-t-il des appels au jeu? Revient-il vers moi avec l’objet en bouche si je lui fais dos, puis face? Ou semble-t-il fuir à tout coup?


Pour cette vidéo, le comportement de fuite est démontré à partir de 2 minutes 48 secondes. Le magnifique golden.

Crédit Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=bML8hsCjEAM créée par Oli Just Dog Trainer & Behaviorist


(https://www.olijustedogtrainer.co.uk)


Ce chien reçoit un nouveau jouet, ce qui apporte généralement de la valeur à l'objet convoité et protégé par le chien (la nouveauté!). Il ne semble pas heureux : bouche fermée, oreilles vers l'arrière, détournement de la tête (évitement) et des yeux; bref des signes d'inconfort. Une fois que le chien reçoit enfin le jouet, il tente de fuir l'humain qui le suit avec sa caméra, lui faire dos, l'empêcher de le reprendre en penchant son corps par dessus, fige, etc. (voir les comportements suivants, dans la liste ci-bas). Ce chien est très passif et tente de démontrer à son humain que ses actions le rendent inconfortable.



- Se positionner au-dessus de la ressource ou sur celle-ci – le chien tente de vous empêcher de la reprendre (évitement).

Crédit vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=N3fZaiRb9k4


Dans cette vidéo, par chance pour ces "gentlemen", le chien protège la ressource par évitement et ne semble pas se rendre jusqu'à mordre. Toutefois, ce comportement n'est pas à prendre à la légère, la morsure pourrait survenir. Ce que l'on peut observer : 1) le chien démontre plusieurs signaux d'inconfort, d'avertissement et de stress. Par exemple, le chien halte au début de cette vidéo. Les gens qui l'entourent le rendaient donc fort probablement anxieux ou il est exténué de protéger la ressource face à ceux-ci. Suite à leur approche le chien retrousse les babines, montre les dents, grogne et jappe, mord dans l'air et même l'objet en question. Son corps est tendu. Remarquez bien que sa queue remue! Le battement de la queue à lui seul n'est pas un signe que le chien est joyeux*. 2) les chiens peuvent protéger n'importe quel type d'objet, même si celui-ci n'a aucune valeur connue pour lui. Le patron moteur du comportement de protection se déclenche et il est parfois difficile de comprendre pourquoi. Le simple fait de se pencher sur la ressource peut être un déclencheur du patron moteur par exemple.


- Se positionner entre la ressource et la menace, c’est-à-dire vous ou un autre chien.

Crédit vidéo : https://youtu.be/IFlt2txn8Mo


Ce vidéo a fait fureur sur Facebook un certain temps. Alors que les propriétaires du chien semblent heureux de ce comportement et félicitent même le chien pour celui-ci, j'observe un comportement plutôt alarmant. Le chien protège assez fortement/férocement la femme enceinte en se positionnant entre la ressource et la menace et bien plus. Les chiens peuvent sentir les changements hormonaux chez la femme et les protéger comme s'ils protégeaient un partenaire sexuel contre un adversaire ou leurs petits contre une menace. Ce type de comportement doit rapidement être géré et amélioré puisque le chien pourrait éventuellement vouloir protéger le nourrisson des parents et/ou autres personnes.



- Ingérer rapidement la ressource (nourriture comme objet) ou, au contraire, arrêter de manger et figer (nourriture).

Crédit vidéo : formation Zoo académie pour intervenant en comportement animal avec Dany Bélanger (comprendre son animal) filmé par Véronique Chantal


Dans la vidéo, on observe que le basset hound augmente son rythme d'ingestion à l'approche de la personne et de la main. Après plusieurs secondes à se faire déranger, on observe également l'effet contraire - un arrêt, le chien fige (voir le point suivant). Ce chien est patient et de type passif, puisque malgré tout, son comportement n'escalade pas vers l'agression. Il n'en demeure pas moins qu'il exerce de la protection de ressources et qu'il pourrait escalader vers l'agression s'il en ressent le besoin.


- Figer et fixer la personne ou le chien qui approche – le chien cesse toute activité et regarde son approchant de côté, c’est-à-dire le museau pointant dans une direction et les yeux dans l’autre. Le «fige» peut durer qu’une ou deux secondes. Il faut être très attentif pour le voir. Le «fige» est accompagné d’une tension musculaire.

Crédit vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=hJgod6CO8jU



- Se faire intimidant pour faire fuir l’autre: grogner, montrer les dents, mordre dans l’air.

Crédit vidéo : @Balithegreyhound, le magnifique lévrier. Suivez-les sur Instagram : https://www.instagram.com/balithegreyhound/?hl=fr-ca


Ce magnifique lévrier (IG: @Balithegreyhound) exerce de la protection de ressources en démontrant son inconfort et en intimidant la personne qui s'approche, c'est-à-dire sa propriétaire : fixation du regard, corps tendu, oreilles positionnées vers l'arrière, grondement, retroussement des babines pour montrer les dents, jappements (retenus), etc. Ce vidéo a été filmé afin de vous démontrer certains types de signaux que l'on peut observer chez un chien qui exerce de la protection de nourriture. S'il vous plaît, si vous offrez à votre chien un os très convoité par le chien, tel que celui-ci (os cru), ne le dérangez pas. Rien ne sert de le rendre inconfortable et de le pousser à réagir. Je remercie la propriétaire de Bali d'être prudente :).



Crédit vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=pYUH4-26qCc


Protection de ressources envers un congénère canin. Dans cette vidéo le chien gris protège sa balle en la gardant dans sa gueule. Il démontre son inconfort face à la proximité de son adversaire, quoique pas du tout intéressé par la balle protégée et l'intimide : cligne des yeux doucement, détournement de tête/des yeux, fixe l'adversaire du regard, retrousse les babines, grogne, etc.



- Agresser : snapper et mordre.

Crédit vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=zxl3ZJyB5Gw

Dans cette vidéo, le berger allemand couché au sol protège une branche d'arbre, et ce, même s'il y en a plusieurs au sol. Son adversaire joue et tente de voler cette branche, mais surtout n'écoute pas les avertissements du berger allemand. Ce deuxième chien, fait fort probablement aussi de la protection de ressources (on observe effectivement quelques signaux à la fin de cette vidéo). Le berger allemand démontre son inconfort et des avertissements à plusieurs reprises : halte (chaleur, essoufflement ou stress?), donne des coups de museau, oreille mitigée (sur le côté), fige et retrousse les babines rapidement, mord doucement (sans trouer la peau), gronde/gémit, se lèche le museau, grogne, raidit son corps, entre en poursuite, etc. Son adversaire (le voleur) s'en ait bien sorti; l'escalade d'agression s'est arrêtée au moment où d'autres congénères s'en sont mêlés.



La reconnaissance de tous ces comportements est importante et permettrait de prévenir plusieurs morsures ou autres types d’agressions. Selon une étude de Jacobs (2016), les deux derniers comportements – se faire intimidant et agresser sont des comportements plus facilement percevables par les propriétaires de chiens que les autres dits d’évitement (non agressifs, mais précurseurs d’agression). Toutefois, les propriétaires de chien en général pourraient mieux déterminer la présence ou l’absence d’agression que toute autre catégorie de comportements (évitement, ingestion rapide et intimidation). Jacobs, tout comme d’autres, suggère que les propriétaires de chiens ayant beaucoup plus d’expériences avec ceux-ci et de connaissances sur le langage canin ou ayant suivi des cours d’obéissance avec un professionnel du domaine canin sont davantage aptes à reconnaître tous les comportements avant-coureurs exprimés par la protection de ressource ou tout autre type d’agression (2, 3, 5, 7). Un maître éduqué sur la diversité et complexité du comportement canin pourrait donc mieux prévenir l’escalade de comportements que peut apporter la protection de ressources et ainsi diminuer les risques de morsures (2, 5, 9).

Bien avant d’agresser et au travers des comportements mentionnés ci-haut, un chien communique son inconfort à l’aide de son langage corporel (changement dans sa posture et dans son expression faciale) ainsi que de ses signaux d’apaisement et de stress (5). Par exemple, votre chien pourrait se lécher à répétition le museau, détourner la tête, se raidir le corps, vous faire dos, s’hérisser les poils, etc. Dans ce cas, il est préférable de reculer et de laisser votre chien tranquille. Celui-ci apprendra donc qu’il communique bien et qu’il n’a pas besoin de se rendre jusqu’à grogner ou mordre pour vous faire comprendre son inconfort. Toutefois, les chiens ayant été trop souvent incompris ne prennent plus la peine de communiquer passivement et passent généralement rapidement à l’intimidation et l’agression.


Crédit photo: IG: @tuckertheshepsky1. La position corporelle de ce chien démontre qu'il n'est pas confortable avec l'approche de la personne tenant la caméra : oreilles mitigées (sur le côté), yeux de baleine, corps penché sur l'objet protégé, regard fixé sur l'individu, etc.

[Pour continuer votre lecture sur le comportement canin et les signaux d’apaisement, c’est ici. Pour prendre rendez-vous dès maintenant avec un intervenant en comportement canin, c’est par ici! Sinon continuez votre lecture ci-bas.]


Conseils et astuces : quoi faire pour améliorer la situation ?

  • Ce n’est pas nécessairement en rendant les ressources abondantes ou en punissant le chien que ce problème peut se régler (8, 11). Au contraire, cela peut l’accentuer puisque le chien pourrait a) devenir davantage vigilant, c’est-à-dire, qu’il voudra fort probablement contrôler toutes les ressources supplémentaires ou b) fuir et se cacher davantage avec la ressource en question dont l’ingestion pourrait être dangereuse pour lui.


*** Mais, il arrive parfois que pour certains chiens, dans certains cas, cela règle la situation. Dans ce cas, le chien ne devait pas nécessairement effectuer de la protection de ressources. La source du problème était autre.


  • En prévenant le comportement lorsque votre chien est en bas âge. Habituez très tôt votre chien que lorsque vous lui reprenez un objet avec lequel il jouait par exemple, quelque chose de bien s’en suit (8). Apprenez-lui à partager avec les autres chiens. Apprenez-lui que même si vous l’approchez lors du repas, ce n’est pas pour lui enlever son bol, mais plutôt pour lui donner une ressource supplémentaire (ex. plus de croquettes, des récompenses, etc.) sans toutefois trop le déranger. Vous créez donc une association positive avec la présence de l’humain lorsque le chien possède une ressource de valeur à ses yeux. Un sondage effectué auprès de propriétaires de chiens exerçant de la protection de ressource a effectivement démontré que l’ajout de nourriture très appétissante pendant le repas du chien est associé à une réponse réactive moins intense (5, 6). Au contraire, le retrait du plat pendant le repas est associé à une réponse agressive plus intense et fréquente (5, 6).

Crédit vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=2nyt2WLdQGs&t=150s créée par Kikopup, Emily Larlham (Dogmantics Dog Training).


Pour résumé, je vous conseille donc d’apprendre à votre chien que votre approche apporte davantage de nourriture et non le contraire. Oui, vous pouvez tester une ou deux fois avec votre chiot si vous êtes en mesure de mettre la main dans le bol ou de lui enlever. MAIS, s’il-vous plaît, rien de sert de s’amuser de le lui retirer tous les jours afin de lui montrer « qui est le boss »… Vous risquez au contraire d’augmenter les chances que votre chien se retourne contre vous. Une main qui s’approche du bol ou de votre chien devrait être associée à plus de nourriture et non moins ! C’est ce que tout bon éducateur canin vous conseillerait de faire si vous participez à un cours d’obéissance canine niveau 1 (la maternelle).


[Pour en savoir plus sur l’importance des cours de maternelle pour la socialisation du chiot ou pour bien partir avec lui, poursuivez votre lecture ici. Les cours de maternelle reprendront dès que les mesures gouvernementales en lien avec le Covid-19 nous le permettront!]



  • Il est également possible de gérer ce problème de comportement à l’aide de la gestion de l’environnement (1, 5, 8, 12). Comment? En faisant manger votre chien dans une pièce barrée à clef ou dans sa cage par exemple. En ne lui offrant pas d’os ayant une trop forte valeur à ses yeux ou en séparant vos chiens à l’aide de barrière lorsque vous leur offrez cette ressource. En ne laissant aucun objet trainer au sol ou sur vos comptoirs, tables basses, etc. En empêchant en tout temps votre chien d’accéder au divan. Ceci étant dit, il suffirait que vous oubliiez de gérer le problème une seule fois pour que votre chien réagisse plus ou moins fortement.


  • Il est également parfois possible d'améliorer et gérer le problème en exerçant des échanges : “donne-moi le papier que tu as trouvé au sol, je te l’échange contre de délicieuses récompenses!”. Invitez par la suite le chien à se changer les idées en allant prendre une marche, en jouant ou en lui demandant quelques commandes d’obéissance. Des études ont effectivement démontré que d’apprendre au chien à “relâcher” une ressource en demandant par exemple “donne” ou “laisse” (c.-à-d. n’y touche pas), réduirait les comportements d’agression ou d’évitement chez les chiens exerçant de la protection de ressources (5, 6). Ce sont des commandements qui peuvent s’apprendre assez facilement et rapidement lors d’un cours d’obéissance avec un professionnel canin (9).

  • La meilleure solution afin d'améliorer et potentiellement régler le problème est d'intégrer un bon programme de réhabilitation qui combine des techniques de désensibilisation et de contre-conditionnement (10). Dans son livre, Jean Donaldson (2002) propose également qu’afin d’améliorer la situation les chiens de type proactif (agresse au lieu de fuir) doivent être désensibilisés au port de la muselière lorsqu’en présence de l’objet comestible ou non qu’ils protègent. Elle suggère également d’entraîner son chien à mieux s’autocontrôler (exercices d’autocontrôle), dépenser davantage votre chien à l’aide d’activité mentale ainsi que de vous informer sur qu’est-ce que le conditionnement opérant et classique (Pavlov) et la désensibilisation systématique (exposition contrôlée et progressive).


[Si cette dernière solution vous intéresse, nous vous conseillons fortement de faire appel à un professionnel du comportement canin afin de mieux vous guider dans ces techniques que sont la désensibilisation et le contre-conditionnement. Pour prendre rendez-vous avec nous, c’est ici.]


La protection de ressource menant à l’agression canine peut avoir des conséquences négatives sur la sécurité d’autrui, le bien-être du chien ainsi que le lien propriétaire-chien (5). Ce comportement mène malheureusement trop souvent à l’abandon ou l’euthanasie du chien. Mieux le comprendre et vouloir améliorer et gérer le comportement de protection de ressources de votre chien permet de réduire efficacement les risques potentiels d’agression. Je le répète, « s’informer, c’est le pouvoir ! »

(citation : une sage belle-maman, M-J.P.).

Véronique Chantal

Références :

  1. Cassoret, M. (2019). Notes de cours comportement canin et intervention.

  2. De Keuster T. & Jung H. (2009).Aggression toward familiar people and animals. In: Horwitz D.F., Mills D.S. (Eds) BSAVA manual of canine and feline behavioural medicine, 2nd ed. British Small Animal Veterinary Association.

  3. Diesel G., Brodbelt D., Pfeiffer D. (2008). Reliability of assessment of dogs' behavioural responses by staff working at a welfare charity in the UK. Applied Animal Behaviour Science, 115 : 171-181.

  4. Guy N.C., Luescher U.A., Dohoo S.E., Spangler E., Miller J.B., Dohoo I.R., Bate L.A. (2001). Demographic and aggressive characteristics of dogs in a general veterinary caseload. Applied Animal Behaviour Science, 74:15-28.

  5. Jacobs J. (2016) Understanding Canine Resource Guarding Behaviour: An Epidemiological Approach. The University of Guelph. Thesis. 334 pages. Retrouvé sur : https://atrium.lib.uoguelph.ca/xmlui/bitstream/handle/10214/9642/Jacobs_Jacquelyn_201605_PhD.pdf?sequence=1

  6. Jacobs J.A., Coe J.B., Pearl D.L., Widowski T.M., Niel L. (2017). Factors associated with canine resource guarding behaviour in the presence of dogs: A cross-sectional survey of dog owners. Preventive Veterinary Medicine. DOI: 10.1016/j.prevetmed.2017.02.004

  7. Jacobs J.A., Pearl D.L., Coe J.B., Widowski T.M. & Niel L. (2017). Ability of owners to identify resource guarding behaviour in the domestic dog. Applied animal behavior science, 188, 77-83. (https://about.illinoisstate.edu/vfdouga/Documents/331/PDF/Jacobs%20%202017%20ability%20of%20owners%20to%20identify%20resource%20guarding%20behaivor%20in%20the%20domestic%20dog.pdf

  8. Jean donaldson (2002). Mine : a practical guide to resource guarding in dogs. 102 pages.

  9. Landsberg, G., Hunthausen, W., Ackerman, L. 2013. Behaviour problems of the dog and cat.3rd ed. Saunders, New York, NY.

  10. Luescher, A.U., Reisner, I.R. 2008. Canine aggression toward familiar people: a new look at an old problem. Vet. Clin. Small Anim. 38:1107-1130.

  11. Lyle J., Kapla S., Da Silva S.P., Maxwell E. (2017). Persistence of food guarding across conditions of free and scheduled feeding in shelter dogs. Applied Animal Behavior Science, 191, 49-58. Retrouvé sur https://doi.org/10.1016/j.applanim.2017.03.004

  12. Siracusa, C., Status-related aggression, resource guarding and fear-related aggression in two female mixed breed dogs, J. Vet. Behav. (2016), doi: 10.1016/j.jveb.2015.12.001.

Suivez le chieN futé!
  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
articles RÉCENTS
Archives
Recherche
Véronique Chantal, M.Sc.
Spécialiste en comportement animal

Tel: 514 830-1316       info@centreducatifchienfute.com 

Montréal, Rive-Nord (Repentigny, Terrebonne, Mascouche) et Rive-Sud (Longueuil, Boucherville, etc.)

  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon

© Copyright 2014 Centre Éducatif Le Chien Futé. Tout droit réservé 

  • Black LinkedIn Icon
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon