Les signaux de stress chez le chien. Fido détruit tout? Il hurle? Il a la diarrhée... Cet article s&


Tout comme les humains, les chiens sont susceptibles d’éprouver du stress. Il peut être difficile de concevoir que nos petits amours choyés puissent être stressés. Après tout, ils demeurent à la maison à « relaxer » toute la journée alors que nous jonglons avec le travail, notre vie sociale, les courses, le sport et bien plus. Pourtant, des chercheurs ont bel et bien démontré que les chiens peuvent éprouver du stress et que celui-ci peut être très néfaste pour leur santé (1).



Le stress est en fait une réponse du corps qui réagit face aux agressions physiques et psychologiques de l’environnement et qui permet au chien de réagir normalement lors de changements ou lors d’autres situations stressantes (2). Le stress devient toutefois néfaste lorsque la réponse physiologique au stress du corps est trop longtemps soutenue ou activée.



Plusieurs facteurs sont générateurs de stress chez nos compagnons canins. L’un des principaux facteurs de stress pour le chien est le changement d’environnement. Par exemple, un abandon, un déménagement, un changement de routine, votre départ pour le travail, ou l’arrivée d’un nouveau membre au sein de la famille, qu’il soit canin, félin ou humain.



La génétique est aussi un facteur important. Une mère qui a subi de grandes périodes de stress lors de sa gestation mettra fort probablement au monde des chiots moins courageux. En ce sens, malgré une très bonne socialisation, les chiots devenus adultes risques d’avoir un tempérament plus anxieux, nerveux ou stressés.




Le stress peut également être dû au manque de socialisation chez nos canidés. Dans cette optique, le chien n’a pas vécu suffisamment de bonnes expérience au cour de ses premiers mois de vie. Ainsi, un nouvel objet, une nouvelle personne, ou encore une nouvelle odeur peut complètement le chavirer, voir le bouleverser. Le chien peut également vivre un stress physique et/ou psychologique suite à une blessure, une maladie, ou une méthode d’entraînement punitive (collier électrique, recevoir une claque, ou se faire crier dessus) (1).



Selon l’individu et le contexte, le stress vécu peut être lié à deux états émotionnels : l’anxiété, la peur, ou bien les deux simultanément. Afin de mieux comprendre et gérer la situation de notre chien, il est d’abord important de faire la distinction entre ces deux émotions négatives similaires.


L’anxiété, c’est l’appréhension d’une situation dangereuse ou redoutée, réelle ou non, éventuelle ou pas, selon la perception du danger de l’individu (2). En bref, l’animal se sent en danger même si la source du stress n’est pas présente. On peut penser à l’anxiété de séparation chez le chien, où ce dernier ne peut supporter l’idée d’être séparé de son humain - « Humain! Ne me laisse pas seul, je vais mourir!!! ». Dans le cas de l’anxiété de séparation, les chiens exerceront généralement des vocalisent et pourront être malpropre ou même être destructeurs lorsque vous n’êtes pas présents (3).


***Attention, ce n’est pas parce que votre chien exerce ces trois comportements lors de vos départs qu’il est automatiquement un chien avec de l’anxiété de séparation. Plusieurs autres facteurs entrent en jeu. Seul un professionnel peut le diagnostiquer véritablement.


La peur, quant à elle, est un mécanisme de défense, qui se met en branle lorsque l’animal est face à une situation menaçante ou dangereuse réelle. Cette réponse émotionnelle est en fait importante et nécessaire, puisqu’elle permet au chien d’être alerte et d’agir face à un danger. On peut penser à un chien qui se met à trembler et qui va se cacher instantanément lorsqu’il entend un coup de tonnerre ou des feux d’artifice. Lorsque le stimulus (la chose qui fait peur) est identifié, cela nous permet en tant que maître de mieux comprend pourquoi le chien agit de cette manière et ainsi d’améliorer la situation et/ou de modifier l’environnement facilement et rapidement.



Ici, nous vous présentons les signaux de stress les plus courants chez le chien :

  • Vocaliser : cela peut se traduire par des aboiements (excessifs ou pas), des gémissements, des hurlements, des grognements, etc. C’est l’un des principaux signes qu’un chien vit un stress social (4).


  • Trembler : un chien pourrait trembler lorsqu’il a froid. Toutefois, dans tout autre contexte, les tremblements seraient davantage en lien avec le stress, par exemple lorsque votre chien est en voiture ou lorsqu’un étranger entre chez lui.


  • La sudation des coussins : le chien laisse des traces de sueurs au sol sur son passage. Cela survient fréquemment chez les chiens qui ont des phobies.


  • La rigidité musculaire et faciale : le chien a tous les muscles du corps tendus et des plis apparaissent au niveau de la mâchoire. Avez-vous déjà entendu parler du sourire de joker? Un sourire exagéré, laissant apparaitre plusieurs traits au visage du chien. Le sourire peut donc démontrer un stress chez le chien, tout comme il pourrait démontrer une joie ou un confort.



  • Produire des comportements résiduels : tel que la malpropreté, des comportements destructeurs ou des comportements sexuels (chevaucher d’autres chiens, votre jambe, un coussin, etc.).


  • Haleter, c’est-à-dire l’augmentation de la fréquence cardiaque et respiratoire : respirer rapidement et fortement est normal lorsque le chien a chaud ou lorsqu’il vient d’effectuer une activité physique. Toutefois, un chien qui, auparavant calme, se met à haleter suite à l’arrivée d’une nouvelle personne à la maison, peut être dû au stress.

  • Saliver excessivement : dans ce cas le chien bave comme s’il venait de boire de l’eau ou comme s’il espérait pouvoir manger le gros morceau de steak déposé sur le comptoir. De « l’écume » ou de la mousse peut se dévoiler à la jonction des lèvres.


  • Une production abondante de pellicules : ceci est davantage apparent chez les chiens dont la robe est noire et dont le pelage est court. Le chien produit subitement plusieurs pellicules à la suite d’un stimulus anxiogène.

  • Une perte excessive de poils : on parle ici sur une courte période et à la suite d’un stimulus anxiogène. Par exemple, lorsque vous amenez votre chien au vétérinaire il se pourrait que vous ayez remarqué qu’il perd davantage ses poils rapidement et facilement. Un nuage de poils pourrait s’élever dans les aires s’il se secoue suite à une piqure ou autres interactions stressantes.


  • La piloérection : c’est-à-dire le hérissement des poils en crête le long de la colonne vertébrale. Cela peut être dû tant à un stress qu’à une grande excitation (on en parle ici).

  • Avoir les yeux rouges ou les pupilles dilatées. Attention ici, certains chiens ont toujours le blanc des yeux rougeâtre. Également, les pupilles du chien peuvent être dilatées en cas d’anticipation d’une récompense, pas uniquement en cas de stress.

  • La production de comportements compulsifs et obsessionnels (Tocs) : se lécher (ou lécher dans le vide, le sol, etc.), mordiller ses membres, courir après sa queue, marcher de long en large (pacing), se mutiler, le pica (le fait de manger des objets non alimentaires)… Ceci étant dit, un chien demeure un chien. Tout chien a déjà essayé d’attraper leur queue ou de manger un déchet par exemple. Lorsqu’on parle de troubles de comportements compulsifs et obsessionnels, ces comportements sont exercés EXCESSIVEMENT.


  • Avoir la diarrhée ou des vomissements : le système digestif réagit fortement au stress. Par exemple, les chiens malades en voiture le sont souvent du au stress qu’apporte le transport ou le mouvement de celui-ci.


  • Certains chiens vont émettre des symptômes similaires à la dépression chez l’humain, tels que l’incapacité de dormir, une perte d’appétit et d’énergie, une perte d’envie envers les interactions avec un humain ou un autre chien, etc.


Pour conclure, n’oubliez pas, un chien qui vit du stress sur une période prolongée peut avoir des conséquences très néfastes sur sa santé. Si vous constatez que votre chien démontre souvent (tous les jours) plusieurs des signes de stress énoncés ci-haut, la meilleure chose à faire est de vous rendre chez votre vétérinaire.

Si votre chien effectue parfois l’un des signes de stress énoncé ci-haut, il vous faudrait identifier ce qui le met dans cet état. Vous pourrez ensuite mieux gérer l’environnement de votre chien :

  • Lui changer les idées à l’aide de la stimulation mentale et/ou de la stimulation physique. Cela permet au chien de se concentrer sur quelque chose de plus positif. Par ailleurs, tout comme chez l’humain, l’activité physique aiderait à réduire le stress.


  • Lui offrir un endroit échappatoire à la maison où il se sent en sécurité, où il n’est pas dérangé et où il peut se calmer plus rapidement.


  • Utiliser des techniques de conditionnement et de désensibilisation avec l’aide d’un éducateur canin.


Continuez votre lecture sur le langage canin en général et les signaux d'apaisement pour mieux lire votre chien :)


Votre chien est stressé? Vous avez besoin de conseils, n'hésitez pas à nous appeler : 514-830-1316 :)!



Au plaisir,



Véronique Chantal & Chrystel Leduc

Centre Éducatif le Chien Futé Éducation canine aux pieds

PSST !

Éducation Canine Aux Pieds offrent ses services sur la Rive Sud de Montréal, principalement aux alentours de Brossard, Candiac, La Prairie, St-Rémi, etc.

Le Centre Éducatif le Chien Futé offre ses services sur l'île de Montréal et les alentours : Repentigny, Terrebonne, Mascouche, Longueuil, Boucherville, etc.

Vous aimeriez obtenir une évaluation comportementale à des fins d'assurances ou pour mieux connaître le chien que vous adopterez ? Appelez-nous ou écrivez-nous pour avoir davantage d'informations :)!

514-830-1316

info@centreducatifchienfute.com


(1) Jacqueline Neilson. (2018). Stress in Our Dogs: Common Triggers & Signs. Repéré à https://www.cliniciansbrief.com/article/stress-our-dogs-common-triggers-signs

(2) Horwitz D.F., Ciribassi J. & Dale S. (2014). Decoding your dog : the ultimate experts explain common dog behaviors and reveal how to prevent or change unwanted ones. American college of veterinary behaviorists. New York. p.9. 360 pages.

(3) Elizabeth A. McCrave MS (1991), Diagnostic Criteria for Separation Anxiety in the Dog, Veterinary Clinics of North America : Small Animal Practice. Volume 21, Issue 2, Pages 247-255.

(4) Elliot O. & Scott J.P. (1961). The development of emotional distress reactions to separation, in puppies. Journal of Genetic Psychology, 99; 3-22.

Suivez le chieN futé!
  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
articles RÉCENTS
Archives
Recherche
Véronique Chantal, M.Sc.
Spécialiste en comportement animal

Tel: 514 830-1316       info@centreducatifchienfute.com 

Montréal, Rive-Nord (Repentigny, Terrebonne, Mascouche) et Rive-Sud (Longueuil, Boucherville, etc.)

  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon

© Copyright 2014 Centre Éducatif Le Chien Futé. Tout droit réservé 

  • Black LinkedIn Icon
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon