De quelle façon les chiens communiquent leurs émotions entre eux et avec les humains ?


Le chien est un être social, qui ne peut vivre seul et qui doit donc communiquer avec son entourage. "La communication entre chiens et humains joue un rôle fondamental dans l'harmonie ou la dysharmonie de leur système social commun. L'homme interprète (de façon innée et culturelle) les signaux émis par l'animal..." (Joël Dehasse, 2009). Mais, oh combien de fois auriez-vous souhaité pouvoir parler le "français" avec votre compagnon canin afin de mieux le comprendre? Malheureusement pour nous, nos chiens ne parlent pas le français… Alors que veut-on dire lorsqu’on fait référence au langage canin? Qu’est-ce que c’est?

Le langage canin, c’est l'ensemble des signaux visuels et des mimiques, parfois subtiles, qu'utilisent les chiens pour exprimer leurs émotions. On peut déchiffrer et comprendre le langage canin en observant leurs mimiques faciales ainsi que les positions et les mouvements des différentes parties de leur corps, allant de la queue jusqu'aux oreilles.



Leurs façons de communiquer :

Les chiens communiquent leur état d’esprit et leurs émotions de 4 façons différentes, soit de façon visuelle, vocale, auditive et olfactive.


1) Premièrement, les chiens communiquent de façon visuelle : c’est-à-dire en s’exprimant avec le langage corporel non verbal en adoptant des postures et des tonus différents au niveau de leurs oreilles, leurs yeux, leur gueule, leur queue, leurs mouvements, etc. C’est le type de communication le plus utilisé chez les chiens, mais pas nécessairement le plus facilement perçu par les humains. Par exemple, nous sommes tous capables de reconnaître l'émotion d'une personne qui est fâchée simplement en l'observant à une distance raisonnable. Ses sourcils seront davantage froncés, son regard sera plus perçant, son corps sera tendu, ses mouvements seront plus saccadés, etc. Le même principe s'applique chez les chiens, c'est-à-dire qu'il nous est possible de déceler son état d'esprit, son émotion, en l'observant. L'ensemble du corps du chien participe à la communication :


- Les postures corporelles : elles vous aideront à décrire l'attitude du chien, soit une posture haute pour de l'assurance ou de la colère, une posture basse pour de la crainte/peur, un doute ou de l'apaisement et une posture ambivalente (mélange des deux).

Dans une posture haute, le chien a généralement les oreilles et la queue dressée et son corps semble plus grand. Au contraire, dans une posture basse le chien a plutôt la queue et les oreilles basses et son corps semble vouloir se faire tout petit et affaissé.


- Les mimiques faciales : ce sont des mouvements d'intention, soit des mouvements incomplets, simplifiés, exagérés et théâtralisés. Par exemple, un chien qui en menace un autre de morsure a la bouche ouverte, les babines retroussées laissant apparaître les canines et fixera son adversaire, le tout de façon exagérée. Au contraire, un chien voulant éviter le conflit détourne le regard ou même la tête, ne laisse généralement pas apparaître ses dents et n'a pas de tensions ni de plis au niveau du visage.


- Les mouvements et micromouvements : on parle ici de mouvements au niveau de la queue, des oreilles, des yeux et de la langue par exemple. On parle également des signaux d'apaisement ou d'inconfort. Ces signaux servent principalement à obtenir de la distance entre lui et l'autre individu. Par exemple, un chien pourrait démontrer des signaux d’apaisement lorsqu'une personne ou un congénère canin : se met au-dessus de lui ; le regarde directement de façon prolongée ; a le visage trop près du sien ; semble agressif et tendu ; l’approche directement (approche cavalière et provocatrice); se dispute avec un autre individu, etc.


Un chien peut tout aussi bien porter ses oreilles vers l'avant et les dresser lorsqu'il est attentif, suite à l'écoute d'un bruit par exemple, mais aussi lorsqu'il est sur de lui, frustré ou en colère. Au contraire, des oreilles basses, accolées au crâne, annoncent plutôt de la crainte.


Un chien détendu et joyeux bat de la queue de façon latérale et souple. Plus la queue bat rapidement, plus le chien est excité. Plus elle est haute, plus le chien est sûr de lui. La queue d'un chien bien haute et raide peut toutefois indiquer une intention d'attaque (frustration et/ou colère). Certains chiens battent de la queue juste avant d'attaquer un humain ou un autre chien. Toutefois cette queue devrait être raide et saccadée et l'ensemble du corps du chien devait également nous indiquer qu'il allait mordre. Un chien ayant la queue entre les jambes indique de la crainte et est généralement accompagnée d'autres signaux.

Crédit photo 1 et 2 :

http://www.woofliketomeet.com/author/emmalee72/page/4/

2) Deuxièmement, les chiens communiquent de façon vocale : bien sûr ici, on fait référence aux jappements, aux gémissements, aux grognements et aux hurlements. Certains chiens l’utilisent davantage que d’autres. Par exemple, les huskies ou chiens de berger sont généralement très vocaux : qu’ils soient joyeux, excités ou craintifs, ils jappent et hurlent afin de communiquer leur état émotionnel. Ce type de communication n’est généralement pas le préféré des humains, mais plutôt celui que l’on veut faire taire. Toutefois, c'est un comportement normal que l'on aurait tout avantage à écouter et à comprendre puisqu'il s'exprime au présent.


Les vocalises soutiennent les postures corporelles et leur donnent plus de signification : ces deux types de communication se renforcent mutuellement afin de clarifier la communication. Par exemple, un chien en position haute avec retroussement des babines, dans la colère ou la frustration, émet des vocalises graves afin d'intimider. Si le second chien est intimidé, il opte pour une position basse parfois accompagnée de gémissements plus aigus que graves.

Un chien joyeux suite à l'arrivée de son propriétaire jappe de façon aigüe;

Un chien dans la peur, dans l'angoisse jappe ou hurle de façon très aigüe et répétitive;

Un chien mécontent, dans la menace, jappe de façon grave.


3) Troisièmement, les chiens communiquent de façon auditive : Les chiens ont une ouïe 4 à 5 fois plus développée que le nôtre, ce qui leur permet d’entendre des bruits qui nous sont imperceptibles (ultrasons - 50 000Hz). Le chien reçoit donc l’information sur l’état émotionnel d’un autre chien à l’aide des différentes tonalités utilisées lors de ses jappements, grognements ou hurlements. Lorsqu’un chien veut se faire apaisant pour un autre, il opte pour des vocalises aigus. Contrairement à un chien voulant s’imposer, qui utilisera des vocalises graves. Prenez par exemple les grognements : on différencie les grognements de jeu, qui sont plus aigus, versus les grognements d’avertissement qui sont plus graves. Le même principe s’applique, quant à la manière dont nous parlons à notre animal.


Tous reconnaissent cette différence au niveau des tonalités (excepté les chiens sourds), toutefois certains chiens deviennent plus nerveux ou anxieux que d'autres lorsqu’ils entendent des sons graves. Par exemple, un chien devient très craintif suite aux menaces de son maître (NON!), alors qu'un autre pourrait ne pas s'en préoccuper.


Crédit photo : Audition Conseil France, 2006. https://www.auditionconseil.fr/news/animaux-domestiques-souffrent-bruit/



4) Finalement, les chiens communiquent de façon olfactive : plutôt utilisée entre chiens, mais aussi avec les humains. Sachant que l’odorat du chien est de 200 à 10 000 fois plus puissant que l’odorat humain, celui-ci leur permet d’obtenir facilement des informations sur l'individu en question : est-il familier ? Quel est son âge; son sexe ? D’où vient-il ? Est-il en santé ou malade ?, etc. C'est pourquoi il est important de laisser renifler le sol à votre chien lors de ses promenades quotidiennes ou au parc à chien. Non seulement cela lui permet d'explorer son environnement, mais cela le stimule aussi mentalement. Sachez que la stimulation mentale dépense votre chien quasi autant que l'activité physique.


Les chiens émettent et rejettent des hormones et des phéromones, qui sont non perceptibles par l’humain, mais qui le sont pour le chien. Cela représente l’une des raisons fréquentes pour laquelle certains chiens stressent dès qu’ils franchissent le seuil de la porte d’une clinique vétérinaire. Et ce, même s’ils n’y ont jamais mis les pattes auparavant. Des phéromones d'alarme liées à la peur ou au stresse y ont été laissées par un chien et s'y trouvent toujours.


Odorat chez le chien : né pour sentir

Crédit photo : Journal de Montréal en collaboration avec le Centre des Sciences, 18-05-2019. https://www.centredessciencesdemontreal.com/film-imax/super-chiens-3d


Les difficultés dans l'interprétation du langage canin :

Pour les humains et même pour certains chiens, ce n’est pas toujours facile de comprendre et d’interpréter le langage canin. Tout doit être pris en considération dans l’ensemble du corps. C’est-à-dire que l’on doit regarder la posture et le tonus du chien, ses yeux, sa gueule, ses oreilles, sa queue, son poil… sans oublier de porter attention à ses signaux d'inconfort et de stress (pour en savoir plus). Pris un à un, chaque partie de l’animal ne peut réellement nous indiquer l’émotion qu’il est en train de vivre.


Également, certains chiens détiennent ce que l’on appelle des handicaps physiques au niveau de leur communication, tel que les chiens :

- de couleur noire

- avec du poil long et frisé

- avec les oreilles et/ou la queue coupées

- avec museau aplati (ex. bouledogue) ou au contraire aux traits trop étirés (ex. bullterrier).


Il est plus difficile de percevoir les tensions musculaires au niveau du visage sur les chiens au museau aplatit, ou encore sous une robe longue et frisée.


D'autre part, les chiens ayant du poil devant les yeux ne voient pas nécessairement bien. Ils peuvent donc avoir tendance à être plus prompts et plus réactifs puisqu’ils sont moins conscients de ce qui les entoure. Les autres chiens auront également plus de difficulté à voir les mimiques faciales de ceux-ci.


Difficile également de s’exprimer lorsque l'on a plus d’oreilles ni de queue. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on ne devrait jamais couper les oreilles et la queue d’un chien. Ceux-ci se font moins bien comprendre par les autres, autant canins, qu’humains. Avez-vous déjà vu un doberman avec la queue et les oreilles intactes ? Il semble beaucoup moins intimidant. Et pourtant, c’est le même chien. Pensez-y!



Certains chiens sont également limités au niveau du langage canin puisqu’ils ont été mal socialisés. Les chiens qui ont rapidement côtoyé, et ce, de façon régulière d’autres ch