Chien têtu ou non motivé? Comment faire pour qu’il m’écoute?

« Mon chien est têtu ». « Mon chien ne m’écoute pas ». « Mon chien n’est pas motivé ». Lors des cours d’obéissance que j’ai donnés, j’ai souvent vu ou entendu les opposés : un chien hyper motivé ou pas du tout par une récompense – jeu, gâterie, nourriture, félicitations, louanges, etc. Mais qu’est-ce que la motivation? C’est ce qui pousse un individu à agir vers un certain but (les intentions de…, la persistance, etc. ; J. Dehasse, 2003). De ce fait, on peut donc dire qu’un chien peut être plus motivé qu’un autre à obéir aux commandements de son maître. Un chien têtu serait en fait un chien qui n’est pas assez motivé par vous ou pour vous plaire. C’est ce que je tenterai de vous expliquer ici.


Il y a 2 types/niveaux de motivation : intrinsèque et extrinsèque. "La motivation intrinsèque (émotions, cognitions, etc.) est liée au sentiment d’autonomie, d’autodétermination et de compétences et est effectuée par pure joie, parce que l’on en a envie (ex. : jouer avec les autres chiens et courir en toute liberté). La motivation extrinsèque est quelque chose de tangible qui est obtenue chaque fois qu’une action est terminée via une source externe; c’est le résultat concret d’une action réalisée pour obtenir quelque chose (ex. : un jouet, de la nourriture, une sanction). Elle s’oppose en cela à la motivation intrinsèque qui est la satisfaction obtenue par la réalisation de l’activité, plus que par la conséquence matérielle de cette action " (Ryan & Deci, 2000).

Donc, pour mieux comprendre, si vous appelez votre chien à revenir vers vous et qu’il revient uniquement si vous lui présentez un biscuit, c’est une motivation

Il est possible de transformer une motivation extrinsèque (ex. : revenir à l’appel pour une gâterie) en motivation intrinsèque*, via les processus d’intériorisation et d’intégration. Ainsi, le chien ne revient plus puisqu’il en est contraint ou pour obtenir quelque chose; il revient parce qu’il en a envie et que cela le satisfait. Il faut pour cela que le chien soit mis dans un contexte où il a conscience que ses choix ont un impact sur le résultat (autonomie), qu’il a compris l’intérêt du résultat (autodétermination), et qu’il est en situation de mettre en valeur ses compétences, d’en acquérir de nouvelles, et que celles-ci soient reconnues par les autres. Il faut donc leur donner de l’autonomie, leur faire comprendre que ce sont leurs actions qui sont la cause des résultats obtenus, être fier de leurs compétences, les récompenser et ne pas les mettre en échec. Si le chien n’y arrive pas, on baisse la difficulté de l’exercice de façon à ce qu’il en sorte gagnant. L’échec répété est le pire ennemi de la motivation, pensez-y!


------ Ça semble compliqué dit ainsi, mais continuez votre lecture, le tout s’éclaircira!


Tel qu’énoncé plus haut, un chien têtu serait en fait un chien qui n’est pas assez motivé par vous ou pour vous plaire. Lorsque l’on veut obtenir quelque chose de la part de son chien, la meilleure façon serait de lui proposer une contrepartie motivante. Face au bénéfice que cette contrepartie peut lui apporter ou lui faire perdre, le chien orientera/modifiera son comportement.


Il existe 4 façons de motiver votre chien :

  • en utilisant de la nourriture comme récompense

  • en utilisant un jouet ou « une course-poursuite » comme récompense

  • en utilisant des félicitations, des louanges, des caresses --- votre attention

  • en utilisant la force via des corrections

La 4e façon serait selon moi à proscrire ou à utiliser avec parcimonie. Il a effectivement été démontré qu’un haut niveau de corrections a un effet aversif sur les capacités d’apprentissage du chien (Rooney & Cowan, 2011). Ce qui veut dire qu’en fait le chien n’apprendra jamais la bonne façon de faire ou le bon choix à prendre, qu’il essaiera plutôt d’éviter la correction. Seriez-vous motivé à essayer de nouvelles expériences si chaque fois que vous le feriez, des réprimandes s’en suivaient? Toutefois, il en demeure que c’est une motivation qui fonctionne pour certains chiens, dans certains contextes.


Chaque chien ayant une personnalité, un tempérament et une génétique différente, c’est à nous de trouver ce qui le motive davantage entre la nourriture, le jeu, les félicitations, ou toute autre chose qu’il peut aimer. Certains répondent rapidement à un simple « Bravo » alors que d’autres n’en verront aucunement l’intérêt. Peut-on utiliser tous ces types de motivations lorsque l’on entraîne notre chien? Oui! Pourquoi pas? Tant que le chien en a envie et en est motivé. Ces trois facteurs sont toutefois d’ordre extrinsèque. Encore une fois, tout dépendant de la personnalité, du tempérament ou de la génétique de votre chien, celui-ci pourrait finir par s’en lasser si leur valeur n’est pas « intégrée ». De la même façon que si tous les jours votre employeur vous félicitait pour votre bon travail, et ce, toujours de la même façon, les dernières félicitations n’auraient pas un aussi grand impact, ne seraient pas aussi gratifiantes que les premières. Dans son livre « Drive : the surprising truth about hat motivates us », Daniel Pink (2009) parle d’une recherche effectuée avec des enfants sur leur motivation à dessiner. Un des groupes, obtenait une motivation extrinsèque, c’est-à-dire de l’argent en échange de chaque dessin produit, alors que l’autre groupe n’obtenait rien. Évidemment, le groupe obtenant de l’argent produisait plus de dessins. Toutefois, pendant les périodes de pauses, les enfants n’ayant pas de « récompenses » continuaient à dessiner, simplement par amour de dessiner, alors que les autres arrêtaient. Dans cet exemple, la motivation extrinsèque a donc un effet négatif sur la motivation intrinsèque : elle augmente la motivation intrinsèque de dessiner sur une courte période, puis la diminue avec le temps et surtout avec l’arrêt de récompenses. En contrepartie, d’autres études ont ensuite démontré que si la récompense arrive de façon inattendue et après la « demande de travail », cela n’aurait pas d’effet négatif sur la motivation intrinsèque.


Il est donc conseillé en entraînement, qu’en plus de donner une contrepartie motivante à son chien, soit une récompense, que celle-ci soit donnée de façon inattendue et seulement après que la tâche soit accomplie. De ce fait, si vous avez un chien têtu ;) qui ne revient pas vers vous lorsque vous le rappelez puisqu’il préfère sentir le gazon, ou courir contre les écureuils, il vous faudra :


Mais alors, comment faire pour motiver mon chien?

  • Débuter sur une courte distance en laisse afin d’éviter un échec ou un mauvais choix. Il vous faudra augmenter la difficulté de l’exercice graduellement : le faire sur une plus longue distance, toujours attaché, puis en liberté, mais en zone contrôlée par exemple.

  • Utiliser une récompense (jeu ou nourriture) chaque fois qu’il reviendra suite à votre appel (donc une fois la tâche accomplie) afin de créer un pont vers une expérience plus positive pour votre chien. Il vous sera possible de leurrer votre chien au départ, c.-à-d. lui montrer que vous possédez une gâterie entre les mains, mais vous devrez stopper le leurre le plus rapidement possible. Utiliser une main vide, ou une commande verbale et donner une récompense uniquement après que la tâche soit accomplie.

  • Utiliser une récompense verbale (félicitations : Bravo, bon chien, etc.), dès que le comportement voulu est donné, et ce avant de donner une récompense. Vos félicitations deviendront un marqueur de récompense pour votre chien.

  • Si votre chien ne revient pas à l’appel, vous devez lui donner une chance d’apprendre et d’éviter une conséquence. Si votre chien est en laisse, vous pouvez attendre qu’il fasse le bon choix, pendant ce temps, vous n’avancez plus et l’empêchez de se rendre en direction opposée. L’ennui prendra rapidement le dessus. Vous pourriez également ajouter une faible pression sur la laisse afin de l’inciter à revenir vers vous. Récompensez verbalement votre chien s’il effectue finalement le bon comportement.

  • Dès que votre chien vous donne 90% et plus de bonnes réponses, c’est-à-dire qu’il revient vers vous suite à votre appel, donner une récompense à votre chien de façon aléatoire et inattendue. C’est ce que l’on appelle le ratio variable de récompenses. Vous aurez établi un lien de confiance avec votre chien et aurez créé ou augmenté ainsi une motivation intrinsèque, soit celle de vous écouter/obéir pour le plaisir.


Si vous effectuez ces étapes, votre chien prendra conscience que ses choix ont un impact sur le résultat, le résultat aura un intérêt pour lui et ses compétences seront mises en valeur. Vous « obéir » deviendra une motivation intrinsèque !



Véronique Chantal

M.Sc. comportement animal

Centre Éducatif Le Chien Futé



Dans la vidéo ici, je vous montre une partie d’entraînement que je fais avec Alice, ma chienne (p.s.: nous sommes demeurées au soleil tout au plus 10 minutes). Alice est de nature anxieuse. Monter et faire la belle sur un disque ou un ballon d’entraînement, sauter sur moi « wall jump », se laisser tomber sur le dos « trust fall », etc. ne sont pas des comportements qui lui plaisent naturellement. Tranquillement, j’ai bâti un fort lien de confiance avec elle et elle accepte donc de plus en plus de faire ces choses qu’elle n’aimait pas faire. J’utilise encore une motivation extrinsèque, des gâteries, mais je sais que je pourrais lui demander sous peu de le faire sans récompense externe. Notre lien a réellement créé une motivation intrinsèque chez elle.



****************************************************************

*À noter que Ryan & Deci, 2000 sépare la motivation extrinsèque en différent niveau. La motivation extrinsèque ne se transformerait pas en intrinsèque, mais s’y rapprocherait suite à l’intériorisation et à l’intégration du facteur de motivation. Ces termes ont été utilisés pour la vulgarisation du texte.



1) J. Dehasse, 2003.

http://www.joeldehasse.com/articles/a-francais/motivation.html

2) R.M. Ryan & E.L. Deci, 2000.

https://selfdeterminationtheory.org/SDT/documents/2000_RyanDeci_SDT.pdf

3) N.J. Rooney & S. Cowan, 2011. Training methods and owner–dog interactions: Links with dog behaviour and learning ability. Applied Animal Behaviour Science, 132(s 3–4):169–177.

DOI: 10.1016/j.applanim.2011.03.007

4) Daniel H. Pink, 2009. Drive : the surprising truth about what motivates us. RiverheadBooks, NY.

Suivez le chieN futé!
  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
articles RÉCENTS