Pourquoi les chiens en viennent-ils à mordre et comment prévenir les morsures?

Autre temps autre mœurs, les chiens qui travaillaient autrefois à garder les troupeaux et qui dormaient dans l’étable, sont devenus pour la plupart des animaux de compagnie et vivent maintenant dans nos maisons. Les chiens sont plus présents dans la société d'aujourd'hui - 41% des ménages canadien possèdent un chien de compagnie (8), ce qui en préoccupent plus d’un. Les chiens font maintenant la une des journaux et sont les stars des nouvelles, mais pas particulièrement pour les bonnes raisons : “Un livreur se fait sauvagement attaquer par un pitbull à St-Lazare” (Néomédia, août 2019), “Une fillette agressée par un chien dans un parc à Terrasse-Vaudreuil” (Viva Média, juillet 2019), “Un chien attaqué mortellement à Jonquière” (Le Quotidien, août 2019), “Un husky attaque une femme et son chien” (La Voix de l’est, juillet 2019)… Suite à l’augmentation des morsures effectuées par un chien, ou plutôt des attaques de chien déclarées par les médias, deux questions importantes devraient tous nous venir en tête : Pourquoi les chiens en viennent-ils à mordre? Est-ce que ces situations auraient pu être évitées?


“Un livreur se fait sauvagement attaquer par un pitbull à St-Lazare”

Photo par : Stéphane Brunet / Néomédia


La réponse à la deuxième question est généralement “OUI”! Cela nécessite évidemment un peu de travail de la part du gardien de l’animal - apprentissage du langage canin, meilleur encadrement (port de la laisse), une plus grande vigilance – et ces malheureux incidents pourraient facilement être évités la plupart du temps.


Pour ce qui est de la première question, deux facteurs sont à considérer. Premièrement, il y a les facteurs humains, soient ceux qui englobent tout ce qui a trait à notre connaissance du langage canin et du respect de celui-ci. Deuxièmement, il y a les facteurs environnementaux et génétiques liés aux chiens : la protection de ressources, la peur, le manque de socialisation, l’absence de désensibilisation aux manipulations, l’agression redirigée, la prédation, le seuil de tolérance, etc.




Les facteurs humains :

Les chiens ont un langage bien à eux qui leur permet de communiquer avec ceux qui les entourent. Le langage canin pourrait se définir comme l'ensemble des signaux visuels et vocals et des mimiques, parfois subtiles, qu'utilisent les chiens pour exprimer leurs émotions et leurs besoins. On peut déchiffrer et comprendre le langage canin en observant les positions et les mouvements des différentes parties de leur corps dans leur ensemble selon le contexte d’une situation. Les signaux d’apaisements, d’inconfort, de stress et de peur servent au chien à démontrer un malaise, à éviter les conflits ou les situations tendues, s’apaiser soi-même, et/ou démontrer ses intentions pacifiques. Tel que l’énonce si bien Joël Dehasse: “La communication entre chiens et humains joue un rôle fondamental dans l'harmonie ou la dysharmonie de leur système social commun”. “L’homme interprète (de façon innée et culturelle) les signaux émis par l’animal… “, mais pas toujours de la bonne façon (1). De ce fait, si l'humain n'est pas en mesure de bien comprendre et interpréter les signaux émis par un chien lors d'une interaction, cela peut rapidement devenir problématique.


Il est non seulement important de connaitre les signaux émis par les chiens, mais il est tout autant indispensable de les respecter, surtout s’il s’agit de chiens que nous ne côtoyons pas tous les jours. Ces derniers sont bien moins tolérants avec des étrangers qu’avec leur maître si vous ne respectez pas leurs messages. Toutefois, on doit noter qu’il est plus fréquent qu’un chien morde l’un des membres de la famille et en particulier les enfants (10). Ceci est dû au fait que les gens ont moins peur de leur chien que d’un chien inconnu et de ce fait ne sont pas aussi vigilant à son égard.


Par exemple, vous prenez votre fidèle compagnon dans vos bras pour le câliner et celui-ci vous regarde avec de grands yeux de baleine, bâille ou se lèche la truffe à répétition, détourne incessamment la tête, tente de vous repousser avec ses pattes, émet de petits grognements sourds… Ce sont là tous des signaux d’apaisement ou d’inconfort. Persister à le prendre malgré tous ces avertissements, mènera Fido à augmenter l’intensité de ses signaux afin que vous les respectiez. Pour ce faire, le chien peut grogner plus fort, japper, claquer des dents, puis vous mordre. Il arrive également que le chien se rende automatiquement à mordre. Et oui, ses signaux d’avertissement n’ayant pas été assez souvent respectés, celui-ci pourrait maintenant les trouver inutiles et passer directement au comportement qui fonctionne et qui fait cesser ce qui le rend inconfortable. Afin de prévenir ce genre de situation, nous vous conseillons plutôt de respecter les signaux de votre chien et de désensibiliser les manipulations qui le rend inconfortable ainsi que de les associer à quelque chose de positif pour lui.


Enfin, punir un chien qui communique (grognement, exhibition des crocs, claquement des dents…) pousse le chien à inhiber ses signaux, c’est-à-dire qu’il cessera d’émettre des signaux d’avertissements. Le chien pourra tolérer des situations qui lui amène du stress jusqu’à ce qu’il atteigne finalement son seuil de tolérance, et passera ensuite à la morsure. Il est donc important de ne pas punir automatiquement un chien qui s’exprime. Demandez-vous plutôt pourquoi votre chien réagit ainsi. Qu’est-ce qui le met dans cet état? Une fois que vous aurez trouvé la réponse, vous serez plus apte à gérer la situation.



Les facteurs canins :


Plusieurs facteurs environnementaux et génétiques liés aux chiens peuvent les mener à mordre. Voici notre explication détaillée des facteurs les plus fréquents :



1. La protection de ressource (2;3)


Il est important de comprendre que dans la nature, les comportements agressifs visant à protéger ses ressources (tanières, nids, nourritures, partenaires sexuels, progénitures, etc…) sont essentiels et indispensables à toute forme de vie afin d’assurer la survie de l’espèce. En réalité, c’est un comportement naturel et normal qui est génétiquement programmé. Cependant, il arrive que ce comportement ne soit pas programmé chez certains individus. C’est pourquoi nous retrouvons des chiens domestiques qui protègent certaines ressources alors que d’autres ne le font pas.


La protection de ressources se réfère au comportement manifesté par un animal (agression, évitement, ingestion) afin de contrôler l’accès à un élément de « grande valeur » à ses yeux. Un chien peut protéger ses ressources des autres chiens, animaux ou humains. Un chien peut faire de la protection de ressources sur à peu près n’importe quoi : nourriture, humain, bol d’eau, jouet, lieu, branche de bois, couverture, un autre chien, etc.


Pour être en mesure d’éviter une morsure potentielle il est impératif de savoir reconnaître les signaux et comportements possiblement émis par un chien protégeant une ressource :


  • Le regard est dirigé vers l’intrus, soit la menace, et est fixe. Dans ce cas, le museau pointe généralement vers la ressource en question et le blanc des yeux du chien est donc visible. Les pupilles sont également dilatées.



  • Les oreilles sont collées sur le crâne et les lèvres supérieures peuvent rétractées afin de montrer les crocs. La posture, c’est-à-dire l’ensemble du corps du chien est figée.


  • Ingestion plus rapide de nourriture ou d’un objet plus lente ou arrêt d’ingestion. Dans ce 3e cas, le chien se fige.


  • Fuir avec la ressource : évidemment plusieurs chiens aiment qu’on les pourchasse pour les attraper. Ils jouent également très souvent entre eux de cette façon. Il faut savoir lire votre chien : Semble-t-il réellement jouer? Exerce-t-il des appels au jeu? Revient-il vers moi avec l’objet en bouche si je lui fais dos? Ou semble-t-il fuir à tout coup?